Tiken Jah Fakoly , Le combat de toute une vie

Publié le par Gismo

Lors de ses concerts, garcons et filles dénoncent "l'Afrique exclavagisée, colonisée, dévalisée", exigent des tyrans africains qu'ils "quittent le povoir", stigmatisent les barrières qui entravent les mariages d'amour, s'en prennent aux Occidentaux ui "pillent nos richesses et se disent surpris de voire l'Afrique toujours en guerre",

"Quand nous serons unis, Ca va faire mal"

Des textes simples, parfois naifs, mais ni démagogiques ni ant-blancs.
Tiken Jah dénonce la corruption qui ravage le continent et défend l'idée d'une mondialisation équitable. Il diffuse le rêve d'une humanité réconciliée, de la justice sociale et des richesses partagées.

"Je suis un citoyen libre, si c'est ca etre engagé, je le suis. Les jeunes me voient comme un porte parole des sans-voix. En concert je me rends compte combien ma responsabilité est grande.

"Tiken" (= petit garcon), le surnom donnée par son père, et "Fakoly" en référence à un chef de guerre, se voit aujourd'hui comme un "griot" , "celui qui dit aux princes ce que leurs conseillers n'osent pas leur dire"

Son principal sujet de douleurs est la Côte d'Ivoire, où il ets né en 1968. Ses textes peuvents d'ailleurs se lire comme une tragédie annoncée. Il prône dans son disque "Mangercratie" le droit pour tous "de manger dans l'égalité" et demande aux hommes politiques, "affameurs de peuple" de quitter le pays.

Quand en septembre 2002, la cote d'Ivoire se retrouve coupé en deux, Tiken est considéré comme proche des rebelles. Il dit "comprendre le combat sans pour autant le soutenir". Se sentant menacé, il s'éxile très vite à Bamako, la capitale du Mali voisin

"Mes amis qui ont attendu pour partir ont été ASSASINé ! "

En 2004, il pousse "un coup de gueule" dans un tube "quitte le pouvoir" qui s'adresse à tous les chefs d'Etats Africains "mal élus" et qui "s'accrochent au pouvoir"

"L'Afrique n'a pas les dirigeant qu'elle mérite, pourtant malgré les échecs, les choses bougent, Il y a 20ans, jamais je n'arai pu dire ce que je dis aujourd'huisans me retrouver en prison" ... voire pire !

Tiken reve d'une autre Afrique !



Ils s'agit ici d'une synthèse d'un article paru dans le journel "Le Monde" publié en aout 2006

Publié dans NEWS

Commenter cet article