L'origine du Ska

Publié le par Gismo

Il est quasiment impossible de dire qui fut le premier à inventer le terme « Ska ». Si on en parle aux principaux acteurs de la scène musicale jamaicaine du début des années 60, on obtiendrai autant de récits différents. 

Certains affirment qu’il s’agit d’une abréviation de « Skavoovie », exclamation d’enthousiasme ou de bienvenue du bassiste Cluett Johnson.

Selon la pianiste Theophilus Beckford, c’est ce même skavoovie que proféraient les gens autour de son piano, lorsqu’il tappait desus pour sortir les riffs typiques du Ska.

Coxsone prétend que c’est Dodd lui-même qui inventa le ska en enseignant au guitariste Ernie Ranglin la façon de mettre en valeur le contretemps : « Play it ska…  ska… ska… ».

Enfin d’autres jurent que la transcription phonétique originale circulant autour des studios  de West Kingstown s’écrivait « Staya… staya… staya… » et que c’est Byron Lee qui imagina le terme Ska, plus convenable pour ce type de son.

Idem pour la musique. Ils sont au moins tout autant, producteurs et musiciens, à prétendre avoir inventé le style. Quand  à la liste des chansons postulant au titre du premier Ska, elle n’est toujours pas finit…

Mais attacher une grande importance à l’identité de celui qui prétend avoir inventé le Ska reviendrai à négliger le sens général de ce qui se passait alors. L’important, c’est que de nombreuses personnes se sentaient si impliquées qu’elle croyait pouvoir endosser la paternité ; Il s’agissait d’un mouvement culturel.

Une vague de musiciens, de producteurs,  et d’artistes créèrent à eux tous une impulsion suffisante forte pour imposer un changement.

 

 

Source : Bass Culture de Lloyd Bradley  aux éditions Allia

Publié dans Culture Reggae

Commenter cet article