Desmond Deker

Publié le par SoulRebel

                                                                            De son vrai nom Adolphus Dacres (faut avouer que ça pète moins que Desmond Dekker quand même), il est né le 16juillet 1941 à Kingston en Jamaïque. Il est sûrement l’un des premier chanteur jamaïcain à être connu internationalement avec son groupe « The Aces » composé de Wilson James et Easton Barrington Howard.


    Tout le monde a déjà entendu et fredonné ne serait-ce qu’une seule fois LE titre de Desmond qui a fait le tour du monde à savoir « Israelites ». Desmond Dekker c’est avant tout une voix particulière, fluide, cristalline, avec un son rocksteady engagé. Desmond fera plusieurs auditions sans grand succès, un des rares artistes jamaïcain que coxsone dodd ne produira pas, c’est finalement vers le label Beverly’s Records qu’il va se tourner (label du producteur jamaïcain d’origine asiatique : Leslie Kong).


    L’histoire commence alors pour Desmond, de 1963 jusqu’en 1971 il restera chez beverly’s records (jusqu'à la mort de Leslie Kong). Honour Your Father and Mother, Sinners Come Home et Labour for Learning sont ses premiers tubes qu'il avait sorti sous le nom de Desmond Dacres. Après ces titres il décide de changer de nom pour adopter enfin le nom de Desmond Dekker.

    Durant toutes ces années, beaucoup de titre de Dekker, permettront et cela bien avant Marley, d’ouvrir la musique jamaïcaine vers de nouveaux horizons avec son groupe toujours The Aces. Sinners come home (1964), Labour for Learning (1964), King of Ska (1965), font partis de ses titres incontournables.
    C’est vers 1967 qu’il commence alors à faire du son un peu plus Rude Boy, avec des textes parfois un peu violents. Dans la même période il sortira Rude boy train (1966) et enchaînera sur un célèbre titre également « 007 (Shanty Town) » (1967), inspiré évidement de l’agent secret le plus célèbre du paf.

    En 1968, Dekker remporte le National Song Competition en Jamaïque avec son titre Intensified.
Et c’est en 1969 que son titre légendaire « Israelites », explosera dans les charts américaines et anglaises. Cette chanson, aux paroles dénonciatrices (Je me lève le matin, esclave pour un bout de pain / Pour que chaque bouche puisse être nourrie) sort à une époque où la Jamaïque connaît de fortes émeutes. Desmond Dekker est d’ailleurs connu pour ses textes engagés : Unity (1967), Sabotage (Action !, 1968), Pretty Africa (1967).

    Lorsque Leslie Kong décède, Desmond change alors de label pour partir chez Cactus (label anglais), chez ce nouveau label il fera essentiellement des reprises de ses anciens titres. C’est pendant la période du ska revival qu’il sortira l’album « Black and Dekker » en 1980, puis 15ans plus tard « King of King » accompagné des membres du groupe The Specials.

    Desmond Dekker fera un arrêt cardiaque le 25mai 2006 à son domicile de Surrey en Angleterre, il est mort alors qu’il entamait une tournée européenne (il était également en tête d’affiche du festival de Dour l’an passé).



Discographie

2006 This Is Desmond Dekker [Bonus Tracks]
2006 In Memoriam: 1941-2006
2006 Compass Point [Bonus Track]
2006 Black & Dekker [Bonus Track]
2005 Gimme Gimme
1999 Halfway to Paradise
1997 Intensified
1996 Moving On
1995 King of Kings
1994 Action!
1992 Music Like Dirt
1991 King of Ska [Varese]
1981 Profile
1981 Compass Point
1980 Black & Dekker
1970 You Can Get It If You Really Want
1969 This Is Desmond Dekker


Links

http://youtube.com/watch?v=KASYjduQHNU&mode=related&search=
http://youtube.com/watch?v=uyvhlGXA5Go
http://youtube.com/watch?v=dsQYHRq70Ao
http://www.radioblogclub.fr/open/53007/desmond_dekker/_Desmond%20Dekker%20-%20Shanty%20Town

Publié dans Biographies

Commenter cet article